Enquêtes linguistiques

Collier de perles

novembre 2016

Pour égayer la grisaille de novembre, nous vous offrons un joli collier de perles étymologiques. Ces perles se nomment margueritemargarita et margarine. Des perles, d’abord, parce que leur origine constitue un bijou en soi, mais aussi parce que, étonnamment, ces trois mots remontent à un mot grec signifiant ‘perle’ ! Alors, la prochaine fois que vous offrirez un bouquet de marguerites à l’être aimé, n’oubliez pas de lui révéler que ce sont, étymologiquement parlant, des perles précieuses que vous lui offrez. Le cadeau n’en sera que plus apprécié…

marguerite

Au Moyen Âge, les marguerites n’étaient pas des fleurs, mais des perles. En effet, le mot marguerite préservait alors encore ce sens du latin classique margarita, tout comme son doublet populaire margerie, depuis longtemps oublié. Le mot latin avait lui-même été emprunté au grec ancien margaritēs, lequel aurait été tiré d’un radical margārīt-⁠, appartenant au vieux perse. 

Au XIIIe siècle, le sens botanique avait déjà fait son apparition, comme en fait foi la locution flors des margerites signifiant ‘pâquerettes’. Son sens littéral de ‘fleurs des perles’ faisait probablement allusion à la ressemblance soit du cœur de cette fleur, soit de cette fleur elle-même, fermée, avec la perle. Un siècle plus tard, le mot marguerite isolé commence à prendre son sens moderne de ‘fleur analogue à la pâquerette’ à la même époque où la graphie moderne est adoptée (la graphie ancienne étant marg[u]arite). Quant à son sens d’origine, ‘perle’, il devient désuet à partir du français classique. Toutefois, de nouveaux sens vont émerger par analogie de forme avec la fleur, dont ‘cordage fixé à un autre’, au XVIIe siècle, puis ‘panier troué et articulé pour la cuisson à la vapeur’ et ‘sphère à caractères d’une machine à écrire électronique’, au XXe siècle.

margarita

Inventée probablement un peu après la Deuxième Guerre mondiale, la margarita est d’origine mexicaine, sinon d’inspiration mexicaine. Comme les potins qu’on entend dans les bars, de nombreuses rumeurs courent sur la provenance de son appellation, qui la font remonter à diverses femmes prénommées Margarita (Marguerite en français). Cependant, tout porte à croire que la recette de ce délicieux cocktail à base de téquila et de jus de lime aurait été influencée par celle d’un cocktail analogue, le « daisy », composé de brandy et de jus de citron. Étant donné que daisy signifie ‘marguerite’ en anglais et que la téquila est une boisson mexicaine, l’équivalent espagnol est tout naturel pour désigner la nouvelle boisson. Au début du XXe siècle, on attribuait aussi en anglais le nom margarita à un type de xérès pétillant ; cette appellation serait cependant sans rapport avec celle qui réfère au cocktail. Cette dernière est devenu courante en français au tournant des années 1980.

L’histoire du nom espagnol margarita révèle une origine française ou latine selon qu’il provient du sens ‘fleur’ du nom commun margarita ou bien du prénom Margarita. Ainsi, le sens ‘fleur’ de margarita (apparu au début du XVIIe siècle) a été emprunté au français marguerite (apparu au XIVe siècle), alors que le nom propre Margarita est simplement la copie conforme du prénom homonyme latin, dont provient aussi le prénom français Marguerite. Naturellement, le latin ne connaissant pas d’autre acception que celle de ‘perle’, c’est à ce bijou qu’on compara la première « Margarita » romaine, et non pas à une fleur, ce qui n’en est pas moins romantique…

margarine

Au début des années 1810, le chimiste français Eugène Chevreul découvre les acides gras, un nouveau genre de substances grasses possédant les propriétés caractéristiques des acides, qu’il nomme margarine. Le nouveau mot est formé par l’ajout du suffixe -⁠ine ‘substance’ au grec ancien margaron, forme abrégée de margaritēs ‘perle’, un choix motivé par l’aspect nacré de la nouvelle substance. En 1869, dans le cadre d’un concours organisé par Napoléon III, le pharmacien français Hippolyte Mège-Mouriès élabore à partir de gras purifié un substitut du beurre moins cher et plus stable. Il reprend alors le terme margarine pour le désigner. Fabriquée au début avec de la graisse de bœuf fractionnée, du lait et de l’eau, la margarine est aujourd’hui plutôt constituée d’un mélange de corps gras d’origine végétale.

Catégorie: