Enquêtes linguistiques

La légende des chevals

février 2003

Une véritable légende galope depuis quelques années au Québec : il serait désormais permis, voire obligatoire, d'utiliser la forme chevals au lieu de chevaux comme pluriel du mot cheval. Les différentes versions de la légende attribuent cette décision à tel ou tel organisme ou autorité linguistique de France ou du Québec. C'est habituellement le mot cheval qui est donné en exemple, mais on laisse souvent entendre que la nouvelle prescription s'étendrait à tous les noms et adjectifs en -al. Ceux qui invoquent cette prétendue décision le font soit pour justifier un pluriel « simplifié », soit au contraire pour dénoncer le laxisme grammatical de notre époque.

On sait qu'en français le pluriel se forme habituellement par ajout d'un s à la fin du mot. Mais, comme nous le rappelle la grammaire d'Antidote, la règle traditionnelle enseigne que les mots en -al font généralement -aux au pluriel (maux, bocaux, nationaux, etc.) avec quelques exceptions (bals, carnavals, fatals, etc.) et quelques cas où les deux formes sont permises (finaux ou finals). Cheval ne fait pas partie des exceptions : son pluriel est chevaux dans toutes les acceptions du mot.

Le pluriel chevals est donc incorrect, même si on l'entend parfois dans la bouche d'enfants qui apprennent à parler par analogie : « Une vache, deux vaches; un cheval, deux chevals! » Même quand on leur enseigne la règle, les enfants peuvent mettre un moment à l'assimiler : « Il faut dire chevaux quand il y a plusieurs chevals! »

Mais quelle autorité linguistique aurait récemment permis ce pluriel chevals?

Certains font remonter cette légende au début des années 1980 quand, affirment-ils, l'Académie française aurait brièvement accepté le pluriel -als pour tous les mots en -al. Nous n'avons pas trouvé trace de cette proposition. La plus récente édition du dictionnaire de l'Académie, dont le premier tome est paru en 1994, n'autorise toujours que le pluriel chevaux. On pourra le vérifier en consultant la version en ligne du dictionnaire.

D'autres assurent que les chevals sont des créations de la réforme de l'orthographe proposée en France en 1990 par le Conseil supérieur de la langue française, projet qui avait soulevé des débats passionnés à l'époque. Mais le pluriel des mots en -al n'était nullement touché par les rectifications orthographiques envisagées, comme on peut le constater en consultant le texte officiel des propositions.

Quant aux dictionnaires les plus connus en France, comme ceux des maisons Robert, Larousse et Hachette, ils s'en tiennent toujours aux chevaux dans leurs récentes éditions.

Comme c'est surtout au Québec que la légende des chevals semble vivace, plusieurs pensent que c'est une autorité québécoise qui en serait à l'origine. L'Office québécois de la langue française aurait-il recommandé quelque chose en ce sens? En fait, l'Office a plutôt senti le besoin de rappeler explicitement dans un petit article que le pluriel de cheval est bien chevaux et rien d'autre. On y rappelle aussi comment, ironie de notre histoire, le pluriel -aux des mots en -al serait dû originellement à une erreur de lecture par les copistes médiévaux.

La légende des chevals est souvent associée au ministère de l'Éducation du Québec, qui aurait autorisé ce pluriel dans tel ou tel « nouveau programme ». Mais les preuves manquent cruellement. La rumeur a peut-être été renforcée à la suite de l' épreuve de français écrit de 1998 supervisée par ce ministère. Cette année-là, parmi les textes sur lesquels les candidats devaient rédiger une dissertation, figurait un poème de Michel Garneau tiré du recueil Les petits chevals amoureux, publié en 1977. Dans ce poème apparaissent à plusieurs reprises les pluriels chevals et animals, que l'on peut considérer dans ce contexte comme des licences poétiques (le pluriel chevaux figure également dans le poème). Certains auront peut-être conclu un peu vite que ces pluriels étaient dorénavant permis par le ministère de l'Éducation.

Dernière hypothèse : le pluriel chevals aurait-il reçu la bénédiction d'un dictionnaire québécois courant? On n'en trouve nulle trace dans les plus connus, ni bien sûr dans l'ouvrage de référence qu'est le dictionnaire d'Antidote!

Bref, ces insaisissables chevals semblent bien relever du domaine de la fable.

Catégorie: