Histoires de mots

Les premiers flocons de neige font naitre l’envie irrépressible de se lancer sur les pentes et de gouter aux plaisirs de l’après-ski. Pour aiguiser votre appétit, nous vous proposons de gouter aux plaisirs de l’avant-ski, c’est-à-dire de l’origine du nom ski et, par la même occasion, des noms de deux techniques de ski, christiania et télémark. Nous vous invitons à suivre le slalom étymologique de ces trois mots, qui nous mèneront jusque dans les montagnes de la Norvège.

Comme nous l’avons constaté dans la dernière Histoire de mots, la fin du XVIIIe siècle a été féconde pour la chimie occidentale. En fait, cette fécondité s’est poursuivie, et même intensifiée, au XIXe siècle. La preuve en est que les trois éléments du tableau périodique présentés ce mois-ci ont été découverts dans un intervalle de seulement deux ans (1807-1808) et, qui plus est, par le même chimiste, Humphry Davy (parfois concurremment avec d’autres). Il s’agit du potassium, du sodium et du bore.

Nous passons maintenant à la partie vivante du tableau périodique en découvrant trois noms désignant des éléments essentiels à la vie : le carbone, l’azote et l’oxygène. Les trois mots ont été créés dans une très courte période, entre 1772 et 1787, ce qui témoigne de la fécondité de cette époque de la chimie occidentale.

Continuons notre lecture du tableau périodique, entamée dans l’histoire de mots précédente, pour traiter du quatrième élément le plus léger, le béryllium. Étonnamment, le nom béryllium s’apparente à deux noms qui désignent des lunettes.

Le long hiver cède enfin le pas au doux printemps chargé de suaves odeurs et de chants d’oiseaux mélodieux. C’est dans cet esprit de légèreté que nous vous invitons à explorer un tout autre sujet, celui de la chimie. Il sera ici question de l’histoire des mots désignant les trois éléments chimiques les plus simples, donc les plus légers, c’est-à-dire l’hydrogène, l’hélium et le lithium.

Pages

S'abonner à Histoires de mots