Enquêtes linguistiques

Apostrophe et « impostrophe »

aout 2014

Un utilisateur nous apostrophe :

Les réglages et le correcteur d’Antidote parlent d’« apostrophe courbe » et d’« apostrophe droite ». Pourriez-vous préciser la différence ?

L’apostrophe est le signe typographique dont l’usage principal en français est de marquer l’élision, c’est-à-dire la suppression de la voyelle finale de certains mots devant un mot commençant par une voyelle ou par un h muet : on ne dit pas le arbre, mais l’arbre. L’apostrophe remplace à la fois la voyelle supprimée et l’espace qui suit.

Avant l’invention de l’imprimerie, l’élision était habituellement représentée en ancien français en agglutinant le mot élidé au mot qui suit (larbre), mais aussi parfois en recourant à l’apostrophe, signe qui avait été utilisé en latin populaire, langue qui l’avait elle-même emprunté au grec. Cette origine est d’ailleurs reflétée par l’étymologie : le nom apostrophe vient du latin apostrophus, qui remonte lui-même au grec apostrophos, signifiant « détourné ».

Dans le courant du XVIe siècle, les imprimeurs, grammairiens et écrivains français ont progressivement systématisé l’emploi de l’apostrophe pour l’élision. Au début, la forme du signe a connu quelques variantes (point crochu, demi-cercle), mais elle s’est rapidement alignée sur celle de la virgule, à la différence que l’apostrophe, au lieu d’être posée sur la ligne de base, flotte au-dessus de celle-ci. Dans la plupart des polices de caractères, le dessin de l’apostrophe est semblable à celui adopté pour la virgule, à de minimes corrections optiques près (l’apostrophe est parfois « allégée », par rapport à la virgule, pour tenir compte de sa position en hauteur). Dans les polices classiques, cette forme est habituellement courbe et ressemble plus ou moins à un petit chiffre 9.

Le caractère apostrophe est également utilisé comme guillemet anglais simple fermant. En français, les guillemets anglais simples (‘ ’) peuvent être employés dans les citations imbriquées comme guillemets de troisième niveau, en combinaison avec les guillemets français (« », premier niveau) et les guillemets anglais doubles (“ ”, deuxième niveau). En pratique, de pareilles situations se présentent rarement, mais voici un exemple, où le mot chef-d’œuvre est encadré de guillemets anglais simples :

Luc m’écrit : « Elle m’a dit : “Ce prétendu ‘chef-d’œuvre’ est un navet.” »

À l’époque de la typographie au plomb, pour obtenir le guillemet anglais simple ouvrant (en forme de petit chiffre 6), on se servait du caractère virgule que l’on retournait, ce qui plaçait son dessin à la même hauteur que l’apostrophe. Pour le guillemet anglais double ouvrant (“), on retournait deux virgules, alors que pour le guillemet anglais double fermant (”), on utilisait deux apostrophes.

On a dit plus haut que la forme de la virgule et de l’apostrophe est « habituellement » courbe. En effet, il faut préciser que, dans des polices au dessin plus linéaire ou géométrique, cette forme est parfois rectiligne, mais alors penchée vers la droite, jamais verticale.

Il ne faut pas confondre l’apostrophe avec le caractère prime (′), un caractère rectiligne et penché vers la droite, employé notamment comme symbole de l’unité de mesure d’angle minute (d’arc). Pour l’unité d’angle seconde (d’arc), on recourt au caractère double prime (″). Ces symboles sont utilisés par exemple dans l’expression des coordonnées géographiques : 

Le cap Horn se dresse à 55° 58′ 48″ de latitude sud.

Rappelons que, pour les unités de temps minute et seconde, ce sont les symboles min et s qui sont de rigueur.

Outre la notation des angles, les caractères prime et double prime ont divers emplois en mathématiques, par exemple pour noter la dérivée et la dérivée seconde. Ils sont par ailleurs parfois employés comme symboles des unités de longueur pied et pouce, mais en français les symboles pi et po sont préférables.

Quand la machine à écrire est apparue au XIXe siècle, le nombre de touches du clavier étant limité, on a assigné à une seule touche les rôles d’apostrophe, de guillemet anglais simple (ouvrant et fermant) et de prime. Le dessin de ce caractère « à tout faire » était souvent rectiligne et vertical. Ce caractère ('), devant en principe être réservé à la dactylographie, est souvent pour cette raison appelé apostrophe dactylographique, apostrophe dactylo, apostrophe droite ou encore apostrophe verticale. On l’oppose alors à la « vraie » apostrophe, l’apostrophe typographique, apostrophe typo ou apostrophe courbe (bien que celle-ci, comme on l’a vu, n’a pas nécessairement un dessin courbe, mais au moins penché). L’apostrophe dactylo est aussi affublée de surnoms péjoratifs, comme chiure de mouche ou impostrophe (joli mot-valise télescopant imposteur et apostrophe). Mentionnons au passage que le guillemet dactylo ou guillemet droit ("), qui est aux vrais guillemets anglais doubles ce que l’apostrophe dactylo est aux vrais guillemets anglais simples, porte quant à lui le surnom de gants de toilette.

Les premiers codages de caractères informatiques, eux aussi limités quant au nombre de places disponibles, ont adopté une solution similaire en assignant à un caractère unique et fourretout les rôles combinés d’apostrophe, de guillemets anglais simples et de prime, voire d’accent aigu, sans parler de nouveaux usages propres aux langages de programmation. Dans l’ancien code ASCII, ces rôles sont endossés par le caractère no 39, dont ont hérité des normes de caractères plus récentes, comme Unicode (code 0027, équivalent hexadécimal de 39).

Unicode présente toutefois l’avantage de disposer d’un nombre beaucoup plus vaste de positions disponibles, ce qui a permis d’assigner des positions nouvelles et séparées aux différents rôles des caractères en question. Le tableau ci-dessous donne les codes et noms attribués par Unicode aux caractères qui concernent directement le français.

 

     

Unicode   

Nom Unicode

 

Emploi en français

'

 

U+0027

apostrophe

 

déconseillé en typographie soignée

´

 

U+00B4

accent aigu

 

représentation isolée de l’accent aigu

 

U+2018

guillemet-apostrophe culbuté

 

guillemet anglais simple ouvrant (citation de troisième niveau)

 

U+2019

guillemet-apostrophe

 

apostrophe et guillemet anglais simple fermant (citation de troisième niveau)

 

U+2032

prime

 

symbole de minute (angle) et autres emplois mathématiques

Le caractère U+0027, polysémique et conservé pour des raisons de compatibilité, n’est pas recommandé en français dans des emplois où il existe un autre caractère Unicode plus spécifiquement dédié. Ainsi, en guise de banale apostrophe marquant l’élision, il est recommandé d’employer le caractère U+2019, qui correspond à l’apostrophe typographique. Dans une police de caractères donnée, ce caractère U+2019 affiche généralement un dessin semblable à celui de la virgule, conformément à la tradition typographique, ce qui est rarement le cas du caractère U+0027, dont le rendu est habituellement celui d’une apostrophe dactylographique.

La façon de saisir le caractère U+2019 au clavier d’ordinateur dépend du clavier et du système d’exploitation utilisés. Les traitements de texte modernes convertissent à la volée les apostrophes dactylographiques en apostrophes typographiques1. Quant au correcteur d’Antidote, il est réglé par défaut pour détecter les apostrophes dactylographiques (« apostrophes droites ») et les remplacer par les apostrophes typographiques (« apostrophes courbes »), ce qui vous permettra en un clic de débarrasser votre texte de ses éventuelles « chiures de mouche ».

 ------ 

1. Deux exemples. Dans le logiciel Microsoft Word, cette fonction est gérée par l’option Préférences > Correction automatique > Lors de la frappe > Remplacer les guillemets. Dans le logiciel Pages, elle est gérée par l’option Édition > Substitutions > Guillemets courbes.

Catégorie: