Enquêtes linguistiques

Climat rigoureux

Janvier 2015 Histoire de mots

En ces temps de rigueur économique, et parfois climatique, il est opportun de présenter l’histoire de quelques termes austères tels que spartiate, lacédémonien et laconique. Ces mots nous mèneront vers la Sparte antique, une cité grecque reconnue pour ses mœurs rudes. Pour des raisons d’économie de mots, nous interrompons dès maintenant cette introduction et plongeons sans délai au cœur de notre propos.

spartiate

La cité dorienne de Sparte (Sparta en grec dorien, Spartê en grec athénien) était la cité grecque dominante de la Laconie, une région située dans le sud-est du Péloponnèse. Elle prônait la rigueur comme vertu. Dès l’âge de sept ans, les enfants spartiates étaient enlevés à leurs parents et forcés de suivre un entrainement physique et militaire intensif qui en faisait des soldats redoutables. Qui plus est, on les sous-alimentait afin qu’ils développent des tactiques pour voler de la nourriture. Avec un tel régime, il n’est pas étonnant que le nom de ses habitants, les Spartiates, évoque en français un mode de vie austère. Cette austérité se reflétait aussi dans leur façon lapidaire de s’exprimer.

Le gentilé français Spartiate provient du latin classique Spartiata, une adaptation du grec dorien Spartiatês, dérivé de Sparta. Il a été emprunté à la fin du moyen français et son adjectif correspondant est apparu à la deuxième moitié du XIXe siècle. L’adjectif a acquis en outre, au début du français moderne, la valeur figurée de ‘concis’ (d’abord sous la forme à la Spartiate), puis de ‘austère’, sens toujours vivant aujourd’hui.

lacédémonien

La cité antique de Sparte était aussi appelée Lacédémone (Lakedaimôn, en grec ancien). Aussi n’est-il pas surprenant que ce nom évoque, tout comme son synonyme, l’austérité et la concision. La mythologie grecque explique que le nom de la cité provient du premier roi de Sparte, Lacédémon, fils de Zeus et de la Pléiade Taygète et époux de Sparta. La transmission du nom semble toutefois s’être faite en sens inverse. En réalité, son origine est mystérieuse, mais il est plausible que Lacédémone partage le même radical lak-⁠ avec Lakôn, à l’origine de laconique (voir ci-dessous), et que la finale -⁠⁠daimôn constitue le même daimôn ‘esprit’ qui a donné démon en français.

Le gentilé Lacédémonien a été formé dès le Moyen Âge à partir de Lacédémone par l’ajout du suffixe adjectival -⁠ien. On en dériva l’adjectif correspondant par la suite. Le sens figuré ‘qui rappelle l’austérité ou la concision des Lacédémoniens’ n’est apparu qu’au XIXe siècle de façon sporadique. Il est aujourd’hui inusité.

laconique

Outre Spartiatês, les Grecs employaient pour désigner l’habitant de la région de Sparte le terme Lakôn, dont ils dérivèrent l’adjectif lakônikos pour désigner ce qui était relatif aux Spartiates ou à leur région, la Laconie. L’origine de Lakôn est inexpliquée, mais est probablement liée à celle de Lacédémonien (de Lakedaimôn, en grec ancien).

L’adjectif grec lakônikos a été emprunté par le moyen français par l’intermédiaire du latin impérial (laconicus). L’adjectif laconique a balancé jusqu’au XVIIe siècle entre le sens propre ‘de Laconie’ et le sens figuré ‘concis’ (réponse laconique), une des caractéristiques attribuées aux Spartiates. Il gardera dès lors uniquement le sens figuré, le sens propre étant pris en charge par son paronyme laconien, formé au siècle précédent à partir du toponyme Laconie (formé lui-même par l’ajout du suffixe -ie à Lakôn). Laconique est aujourd’hui toujours courant alors que laconien reste cantonné à la langue spécialisée.

Aucun résultat trouvé