Enquêtes linguistiques

Difficultés pratiques

avril 2018

La présente chronique, qui traite de difficultés liées à des mots de la famille de pratique et qui parait exactement un an après celle consacrée au mot pratico-pratique, pourra lui servir de complément… ou vice versa.

Les difficultés du jour ont en commun d’avoir pour origine des emplois anglais.

 

pratiquement

L’adverbe pratiquement revêt plusieurs sens. Il signifie notamment « en pratique », « dans les faits », « dans la réalité », « concrètement ». Il s’oppose alors à théoriquement :

Pratiquement, la chose est moins simple que dans la théorie.

Plus rarement, il signifie « commodément », « de façon pratique » :

L’appareil se range pratiquement dans un étui compact.

Une autre acception est celle de « presque » :

C’est une voiture pratiquement neuve.
Il n’y avait pratiquement personne dans la salle.

Ce dernier emploi, qui s’est répandu au cours du XXe siècle, est calqué sur une acception similaire de l’adverbe anglais practically. Il a été critiqué à ce titre, mais il est devenu tellement courant que même le Dictionnaire de l’Académie française l’accueille dans sa dernière édition, en le réservant toutefois au registre familier1. Dans une langue soignée, on pourra lui préférer un de ses nombreux équivalents :

presque
quasiment
virtuellement
à peu près
à peu de choses près
pour ainsi dire

Ces synonymes sont particulièrement indiqués dans des contextes où pratiquement risquerait d’être ambigu, comme dans cet exemple :

L’idée est pratiquement irréalisable.

Faut-il ici comprendre « en pratique » ou bien seulement « presque » ? Une expression synonyme serait bienvenue pour lever l’ambigüité.

 

à toutes fins pratiques

L’expression à toutes fins pratiques s’est répandue en français québécois à partir du milieu du XXe siècle. C’est un calque de la locution anglaise for all practical purposes, qui correspond au sens « en pratique » ou à des sens proches. On préfèrera à ce calque généralement déconseillé l’un des équivalents suivants, selon le contexte :

en pratique
pratiquement
en fait
dans les faits
en réalité
effectivement
en définitive
en somme
en fin de compte
au bout du compte
tout compte fait
à vrai dire

Voici quelques exemples d’emplois à éviter (à gauche) et à préférer (à droite) :

*À toutes fins pratiques, cet imprévu ne change rien au programme. En pratique, cet imprévu ne change rien au programme.
*Le projet est à toutes fins pratiques abandonné. Le projet est en réalité abandonné.
*À toutes fins pratiques, c’est son adjoint qui prend les décisions. Dans les faits, c’est son adjoint qui prend les décisions.

Plusieurs sont tentés à tort de remplacer l’anglicisme à toutes fins pratiques par la locution à toutes fins utiles, d’allure très similaire. Celle-ci existe bel et bien en français, mais son sens est tout autre. Elle signifie plutôt « pour que cela serve éventuellement », « dans l’éventualité où cela serait utile ». Par exemple :

Je vous mentionne ce détail à toutes fins utiles.
À toutes fins utiles, conservez une copie.
À toutes fins utiles, je vous laisse mes coordonnées.

Voici des expressions synonymes :

pour servir le cas échéant
en cas de besoin
au cas où
par précaution
à tout hasard

À l’époque classique, dans le même sens, on disait simplement à toutes fins (parfois écrit à toute fin). C’est à la fin du XIXe siècle que s’est répandue la forme actuelle à toutes fins utiles.

 

(se) pratiquer

Le verbe pratiquer peut s’employer dans le sens général de « s’adonner à une activité de façon régulière » :

Quels sports pratiquez-vous ?
Elle pratique la danse depuis son enfance.

La forme pronominale s’emploie au sens d’« être en usage » :

Ce jeu ne se pratique plus tellement de nos jours.

En français québécois, sous l’influence d’un sens du verbe anglais to practice, on emploie souvent pratiquer ou se pratiquer dans des contextes (sportifs, artistiques, techniques) où il faudrait préférer l’un de ces équivalents :

s’entrainer
s’exercer
faire ses exercices
travailler (son instrument, sa voix, sa technique)
répéter

Quelques exemples d’emplois à éviter :

*L’équipe a passé la matinée à (se) pratiquer. à s’entrainer
*La joueuse de tennis pratique son revers. travaille son revers, s’exerce au revers
*Les comédiens sont en train de (se) pratiquer. en train de répéter
*Tu devrais pratiquer ton piano pour le récital. travailler ton piano, faire tes exercices, répéter
*Le numéro n’est pas au point, je dois (me) pratiquer encore. m’exercer, m’entrainer, répéter
*Elle se pratique à taper sans regarder le clavier. s’exerce à, s’entraine à

 

une pratique

Dans les mêmes contextes et pour les mêmes raisons que dans la section précédente, on veillera à ne pas employer le nom pratique dans les sens suivants :

séance d’entrainement
entrainement
séance
exercice
répétition

Des exemples :

*L’équipe a terminé la pratique à midi. la séance d’entrainement, l’exercice
*C’est notre dernière pratique avant le spectacle. notre dernière répétition
*Je ne suis pas prêt, j’ai encore besoin de pratique. d’entrainement
*Calme–toi, c’est seulement une pratique. un exercice, une répétition
*Le golfeur est sur le terrain/champ de pratique. le terrain d’entrainement, d’exercice

Ce dernier exemple nous amène à dire un mot de l’anglicisme suivant.

 

un practice

En français européen, on rencontre le nom masculin practice utilisé dans le domaine du golf pour désigner un terrain spécialement aménagé pour l’entrainement. Le terme vient de l’anglais, où ce terrain est appelé practice range ou practice field (ou encore driving range). Voici deux équivalents possibles :

terrain d’entrainement
terrain d’exercice

En France, le terme terrain d’entrainement a d’ailleurs été officiellement recommandé comme équivalent2. Il devrait être encouragé, même si la recommandation officielle ne semble pas toujours suivie en… pratique. Il faut dire que le mot practice est parfois étendu à des installations en salle, dans des contextes où le mot terrain ne conviendrait pas. On pourrait dans ces cas utiliser :

salle d’entrainement
salle d’exercice

Ces emplois de practice sont par ailleurs inusités au Québec, qui, on l’a vu, a d’autres anglicismes à fouetter.

 

Conclusion

Ces difficultés dans la pratique de pratique et de ses dérivés vous ont été rappelées à toutes fins… utiles.

 


  1. ACADÉMIE FRANÇAISE, article « pratiquement », Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition, version informatisée.  ↩

  2. Voir la fiche du site FranceTerme, consacré aux termes recommandés au Journal officiel de la République française.  ↩

Catégorie: