Nouvelles

La dictée sans maux : une réalité!

15 novembre 2007

FRANÇOIS GÉRIN-LAJOIE 
ET ANDRÉ D'ORSONNENS

M. Gérin-Lajoie est président-directeur général de la Fondation Paul Gérin-Lajoie et M. d'Orsonnens est président du conseil et chef de la direction de Druide informatique

Depuis que le premier ministre Charest a promis un retour en force de la dictée dans les écoles du Québec, plusieurs détracteurs de cet outil pédagogique se sont fait entendre. À l'émission « Tout le monde en parle », dimanche dernier, Madame Michelle Courchesne, ministre de l'Éducation, des Loisirs et du Sport, était d'ailleurs confrontée à la question suivante : « Plusieurs professionnels de l'enseignement reconnaissent l'efficacité de la dictée pour l'évaluation des connaissances, mais doutent qu'elle soit un bon outil d'enseignement. Vous en pensez quoi? » Interrompue, Madame Courchesne n'aura pu qu'énoncer le postulat selon lequel la dictée demeure un outil extrêmement valable même s'il ne peut à lui seul révolutionner la capacité de bien écrire la langue. Il y a évidemment plus.

Le plus souvent, l'apport pédagogique de la dictée se révèlera significatif au moment de son corrigé. Un maitre passionné décortiquera la dictée, la commentera, en expliquera les règles grammaticales pertinentes, conjuguera certains de ses verbes, évoquera des synonymes, des analogies et des locutions, ou fera découvrir l'étymologie d'un mot, dévoilant ainsi à ses jeunes élèves tout un pan des trésors du français.

Cet exercice d'orthographe enrichi, le linguiste Jacques Laurin, de passage la semaine dernière à l'émission « Pierre Maisonneuve à l'écoute », le dénommait à juste titre la dictée raisonnée. En faisant ainsi appel à la raison, cette faculté propre à l'être humain de penser, de connaitre et de juger, la dictée s'élève d'un simple outil d'évaluation et devient un véritable outil d'apprentissage de toutes les notions de base de la langue.

Mais le caractère pédagogique de la dictée est décuplé lorsqu'elle met de l'avant des thématiques propres à l'acquisition de vocabulaire et de valeurs profondes. Les élèves s'imprègnent ainsi de diverses matières telles l'histoire et la géographie, ou de valeurs comme la solidarité et le partage. C'est dans ce contexte que la Fondation Paul Gérin-Lajoie a créé La Dictée P.G.L., il y a 17 ans, ses pédagogues en ayant fait dès le départ un outil didactique intégrateur de plusieurs compétences. Mettant à profit la puissance de l'informatique, ils en ont fait aujourd'hui un outil didactique résolument moderne. La Dictée P.G.L. en ligne propose aux élèves de la maternelle à la huitième année d'écouter, d'écrire et de corriger des dictées directement à l'écran, leur permettant notamment d'avoir recours à certaines ressources d'Antidote, ce respecté logiciel d'aide à la rédaction du français.

Et il nous faut le clamer haut et fort, plus de 10 000 professeurs souscriront bénévolement à La Dictée P.G.L. encore cette année, permettant à 200 000 élèves d'écrire un monde meilleur. À tous ces professionnels de l'enseignement, merci de votre passion!

Cette lettre ouverte fut notamment publiée le jeudi 15 novembre 2007 dans la section « Opinion » du journal La Presse.