Enquêtes linguistiques

(Ne pas) faire long feu et tirer les marrons du feu

Un utilisateur d’Antidote nous a fait part de questions sur la locution ne pas faire long feu. L’examen de l’expression sera suivi de celui de tirer les marrons du feu, qui présente des difficultés similaires. Ces expressions « de feu » sont en effet d’un maniement délicat.

Simplicité élémentaire

Le long hiver cède enfin le pas au doux printemps chargé de suaves odeurs et de chants d’oiseaux mélodieux. C’est dans cet esprit de légèreté que nous vous invitons à explorer un tout autre sujet, celui de la chimie. Il sera ici question de l’histoire des mots désignant les trois éléments chimiques les plus simples, donc les plus légers, c’est-à-dire l’hydrogène, l’hélium et le lithium.

Difficultés pratiques

La présente chronique, qui traite de difficultés liées à des mots de la famille de pratique et qui parait exactement un an après celle consacrée au mot pratico-pratique, pourra lui servir de complément… ou vice versa.

Les difficultés du jour ont en commun d’avoir pour origine des emplois anglais.

En tournant autour du Pô

Qui se douterait que la phrase Les deux rivales se pavanaient dans leurs jeans moulants en se regardant en chiens de faïence cache trois toponymes italiens ?

Réduire au maximum

J’ai un doute à propos de cette phrase : « Il faut réduire au maximum la quantité de déchets. » Ne faudrait-il pas plutôt dire « réduire au minimum » ?

Pages